Techno Business Units

  • ANOXKALDNES
  • AQUAFLOW
  • BIOSOLIDS
  • BIOTHANE
  • EVALED
  • HYDROTECH
  • IDRAFLOT
  • IDRASCREEN
  • PMT

Objectif : Zéro rejet d’eau

La technologie « zéro rejet liquide » vise à réutiliser les eaux usées d’une usine. Elle est promise à un bel avenir, notamment dans les régions du globe où cette réutilisation est obligatoire.

 

Un cycle d’eau en circuit fermé : tel est le principe de la technologie « zéro rejet liquide », ou ZLD. Un principe simple, mais une technologie complexe. L’eau est maintenue en circuit fermé dans l’usine, où elle est progressivement débarrassée de tous ses polluants et atteint une qualité suffisante pour être réutilisée dans les process industriels. Pour y parvenir, quatre étapes de dépollution sont nécessaires : prétraitement physico-chimique, traitement biologique, filtration et, enfin, évapoconcentration (cf. ci-contre).
Certains polluants sont purifiés et réutilisés dans le process. .


« La technologie ZLD s’applique à toutes sortes d’industries : pétrole et gaz, automobile, agroalimentaire, secteur pharmaceutique, et d’autres encore », souligne Dionisio Visintin, responsable Marketing à la division Solutions de Veolia Water Technologies Italia. « Au départ, cette technologie s’adressait aux grands complexes industriels et de production, mais ce n’est plus vrai aujourd’hui."


Alors, pourquoi recourir à cette technologie complexe alors qu’il serait plus simple de traiter et rejeter l’eau grâce aux technologies conventionnelles ?
« La technologie ZLD est indispensable lorsque le milieu environnant est fragile et incapable de supporter les rejets d’eau, même traitée », précise Dionisio Visintin. « De plus, le ZLD présente un gros avantage : en l’absence de rejets, il n’y a pas à tenir compte des législations sur l’eau. Dernier point, mais non des moindres, cela permet  parfois d’éviter un post-traitement."

Autre cas dans lequel le ZLD est incontournable : dans les régions où l’eau est rare, sa réutilisation peut revêtir une obligation légale. C’est le cas par exemple en Californie, frappée par la sécheresse, et où toutes les entreprises sont tenues de « fermer la boucle ». Dans un souci de durabilité, la plupart des industries cherchent désormais à réduire leur impact environnemental, et leur consommation d’eau en particulier.