Techno Business Units

  • ANOXKALDNES
  • AQUAFLOW
  • BIOSOLIDS
  • BIOTHANE
  • EVALED
  • HYDROTECH
  • IDRAFLOT
  • IDRASCREEN
  • PMT

La qualité de l'eau d'un laboratoire contrôlée par AQUAVISTA™

Le laboratoire de Biochimie et Biologie Moléculaire du CHU de Nîmes comporte 4 grands secteurs d'activité : le secteur de Biochimie, Hormonologie, Oncologie Biologique et Toxico-Pharmacologie générale, de routine et d'urgence ; le secteur de Toxicologie et Pharmacologie spécialisée et médico-légale ; le secteur de Génétique Moléculaire (oncogénétique somatique, neurogénétique, pharmacogénétique constitutionnelle) et enfin un secteur de Biologie délocalisée.

L’équipe du laboratoire est composée de 41 personnels dont 26 techniciens en charge principalement  de la maintenance des analyseurs et de la validation technique des examens et de 9 biologistes médicaux qui assurent, entre autre, l’expertise médicale des examens du laboratoire par le biais de prestations de conseils auprès des cliniciens et une activité d’enseignement universitaire.

Le laboratoire fonctionne 7j/7 et 24h/24 et en moyenne, le laboratoire traite 1200 échantillons/jour et produit 2,4 millions d’actes/an.

Depuis 2013, Le laboratoire de Biochimie et Biologie Moléculaire du CHU de Nîmes utilise les solutions Roche Diagnostics et Veolia. Cette solution s’est différenciée par une offre analytique complète qui permet aux techniciens et biologistes médicaux du laboratoire d’avoir un accès en temps réel au suivi de la qualité de l’eau et d’intervenir dans le cadre d’actions de maintenance préventive et curative.

L'eau d'un laboratoire contrôlée par AQUAVISTA™


Client Veolia : Roche Diagnostics
Utilisateur : Laboratoire de Biochimie et Biologie Moléculaire du CHU de Nîmes
Solutions : cobas®8000 (Roche Diagnostics), Medica Pro & AQUAVISTATM Digital Services de Veolia Water Technologies

La traçabilité au cœur du laboratoire
 L’ère actuelle des laboratoires de biologie médicale est à la consolidation des solutions analytiques (regroupement de plusieurs analyseurs en un unique) pour des aspects médico-économiques, mais aussi afin de garantir plus de traçabilité dans les processus de traitement des échantillons tout en optimisant les performances des analyseurs et leur production.

"Auparavant, chaque analyseur avait une alimentation en eau qui lui était dédiée, aujourd’hui une unique centrale de production en eau doit pouvoir produire un volume suffisant tout en assurant une qualité de l’eau irréprochable car elle rentre dans le processus analytique à l’origine de la production de résultats d’examens destinés à la prise en charge des patients", explique le Dr. David-Paul De Brauwere, praticien hospitalier au laboratoire de Biochimie et Biologie Moléculaire.
Ces plateaux techniques automatisés (PTA) sont au cœur de l’organisation du laboratoire ; ils permettent de gérer des flux élevés tout en répondant aux normes de qualité et de traçabilité exigés par la réglementation.
 
Roche Diagnostics France accompagne les laboratoires dans cette évolution, en proposant des solutions performantes, analytiques éprouvées pour les PTA.
En effet, les analyseurs cliniques doivent bénéficier d’une alimentation constante, sûre et conforme en eau, pour pouvoir produire et reproduire des tests diagnostiques fiables.
L’offre proposée par Roche et Veolia répond à cet impératif de qualité et de traçabilité. Elle comprend à la fois les lignes de produits Roche (cobas®8000), Medica Pro pour l’alimentation en eau et enfin, l’interface utilisateur avec le portail AQUAVISTATM  pour suivre en temps réel la qualité d’eau.

Une interface qui facilite le processus d’accréditation
 A l’horizon 2020, 100% des examens NABM produits par un laboratoire devront être accrédités.
Le COFRAC (COmité FRançais d’ACcréditation) est en charge de délivrer ces accréditations aux laboratoires de biologie médicale qui doivent répondre aux exigences particulières concernant la compétence et la qualité demandées par la norme NF EN ISO 15 189.

Dans la perspective d’une accréditation complète dans 2 ans: "accéder à une interface qui centralise les historiques de la qualité de l’eau et nous permet de visualiser tous ces principaux paramètres sur une seule page : température, conductivité, résistivité, est un gage de traçabilité ; de même l’accès au calendrier des événements, nous permet de visualiser l’historique des alarmes; On gagne en efficacité ! Nous pouvons fournir immédiatement l’ensemble des éléments demandés lors des audits du COFRAC", précise le Dr De Brauwere.
"Il est essentiel pour la gestion de notre processus analytique de disposer d’une seule et même interface qui nous permette de juger de la qualité de l’eauEnfin, cette solution nous permet d’accéder à nos rapports de maintenance de façon dématérialisée".

Anticiper les risques : la maintenance préventive
 Tous les jours, les techniciens vérifient depuis le portail AQUAVISTATM la qualité de l’eau ; grâce aux graphes, ils peuvent visualiser si cette qualité se dégrade et si besoin, agir de façon préventive en changeant les cartouches de filtration du Medica Pro. ‘

"Par exemple, concernant la résistiviténous avons évalué à 18 heures l’intervalle entre le début de sa décroissance et son impact sur la qualité de l’eau et donc sur les résultats des examens des patients. La qualité de l’eau est au cœur de l’activité du laboratoire afin d’assurer un service de qualité constant dans la production de résultats d’examens tout en garantissant les performances de notre production : plus d’un millier d’échantillons sont traités par jour; il est essentiel d’assurer 24/24 et 7/7 une reproductibilité des processus analytiques pour un suivi rigoureux des paramètres biologiques des patients".

Lorsqu’une alarme s’affiche sur le portail ou qu’un des paramètres de surveillance de la qualité de l’eau montre une dégradation de cette dernière, les techniciens interviennent immédiatement dans le cadre d’une action de maintenance préventive.

"Ce type d’action de prise en charge anticipée nous a permis de réduire le nombre d’alarmes depuis que la solution est déployée dans notre service" conclut le Dr. De Brauwere.